Église_Notre-Dame_de_Bergerac_-_1_(1993)

TRIBUNE – « LE PATRIMOINE DE BERGERAC EN DANGER ! » par Yan LABORIE

On ne présente plus Yan LABORIE. Archiviste, historien passionné par Bergerac, Yan est la mémoire de notre ville, de son histoire, de ses monuments, de sa culture. Depuis des années, il est de tous les combats pour préserver notre patrimoine et notre culture. Aujourd’hui, notre patrimoine est en danger, découvrez et partagez sa tribune.

Pour une politique nouvelle du patrimoine.

La nécessité culturelle de garder trace du passé, notamment pour mettre en perspective notre temps et l’avenir, impose  un devoir de respect à l’égard du bien commun que constitue le  legs historique matériel et immatériel. Protéger l’héritage patrimonial est aussi un geste d’intelligence économique dans une région hautement touristique. C’est également défendre la qualité de notre cadre de vie quotidien en le préservant de la standardisation qui tend aujourd’hui à niveler toute singularité.

A Bergerac, la gestion du patrimoine historique a terriblement chuté ces dernières années dans un dangereux laisser-aller. Bien lisible sur les fleurons du capital architectural de la ville – il pleut dans Notre-Dame, l’église Saint-Jacques perd ses tuiles , les Grands-Moulins désespèrent  d’être relevés de la ruine –  les répercussions de cette regrettable négligence  affectent  aussi durement les multiples  éléments patrimoniaux plus modestes dont la somme confère son charme à notre cité.

 

Dans le vieux Bergerac les fontaines ne coulent plus, la disparité de traitement de la voirie perturbe la cohérence de l’espace, la minéralisation excessive des placettes exclut tout confort en été, la radicalité de certains partis d’aménagement déroute, tels ceux retenus pour le port et  les quais.  Le  dicta d’une pensée  brutalement  techniciste et dépensière  l’emporte  trop souvent sur la sensibilité et la prudence qu’appelle l’adaptation des espaces marqués par l’histoire aux besoins de la vie contemporaine.

Il en est de même à l’égard de la gestion des espaces naturels, de la préservation de la biodiversité qu’ils abritent, de la lutte contre l’artificialisation qui menace les sols. En témoigne l’état des rives de la Dordogne où règnent soit la radicalité de l’épareuse soit le désordre de l’absence d’entretien  quand pourrait s’épanouir une enrichissante conduite raisonnée de la nature.

D’autres orientations sont à prendre, d’autant qu’existent tous les outils réglementaires et techniques pour procéder différemment et, notamment, en faisant place à la concertation. Il faut en effet cesser de dédaigner la sensibilité des habitants ainsi que l’avis des associations qui militent pour la protection du patrimoine et de l’environnement. Il est crucial ne plus placer les uns et les autres devant le fait accompli et de rendre aux Bergeracois leur droit d’être acteurs de leur ville, car il n’y a de bonnes réalisations que comprises, souhaitées et partagées par le plus grand nombre.

Saint Jacques perd ses tuiles …

Renouer avec une politique respectueuse de la conservation de l’héritage patrimonial et environnemental c’est contribuer à restaurer l’attractivité de la ville, le bien-être de ses habitants, leur fierté. L’appliquer sur l’ensemble de la ville – car il n’est pas de quartier qui n’ait pas son histoire, son patrimoine à révéler, ses potentialités paysagères – c’est également un vecteur au service de l’intégration en favorisant le développement du sentiment d’appartenance et d’enracinement.

Mais la volonté de préserver le patrimoine n’a de sens qu’accompagnée de celle de le faire connaître et vivre pour que tous en jouissent pleinement. Dans ce domaine, il faut ici regretter que l’obtention du label Ville et Pays d’Art et d’Histoire, pour lequel nous nous sommes battus, n’ait pas été suivie de la mise en place de la politique de médiation ambitieuse sans laquelle ne peut s’opérer une appropriation collective de nos richesses patrimoniales ni naître la possibilité de les exploiter.

C’est fort d’un engagement sincère et constant depuis bien des années au service du patrimoine de Bergerac que j’apporte aujourd’hui sans réserve mon soutien à Fabien Ruet. Je sais qu’il accorde toute l’importance nécessaire à ce bien commun que constitue l’héritage historique qui a forgé l’identité de notre ville. Respecter cet héritage, le valoriser, le faire partager participe aux moyens de bâtir ensemble et en confiance sur un socle solide, la ville de demain.

Yan LABORIE

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

NOTRE PROGRAMME :

NOS ENJEUX

LA SANTÉ
Bergerac avec confiance
DÉCOUVRIR
L'EMPLOI
Bergerac avec Confiance
DÉCOUVRIR
TRANSITION ÉCOLOGIQUE
BERGERAC AVEC CONFIANCE
DÉCOUVRIR
SÉCURITÉ ET PROPRETÉ
BERGERAC AVEC CONFIANCE
DÉCOUVRIR
Précédent
Suivant

SUIVEZ-NOUS !