sauvonslesplatanes

Sauvons les platanes de la place Maurice Loupias

L’annonce d’un abattage futur de platanes sur la place Maurice Loupias, plus communément appelée carrefour du Brazza par les Bergeracois, suscite une forte et légitime émotion.

Il est temps de changer de pratiques en matière d’aménagement urbain. Ce n’est pas aux arbres de s’adapter et de disparaître face à la circulation automobile. Ce n’est pas à la municipalité de décider seule de cet aménagement à quelques mois des élections municipales. C’est, au contraire, à la circulation automobile de s’adapter au patrimoine naturel, de se jouer de ce dernier pour créer de véritables zones de ralentissement. A l’heure où le réchauffement climatique se fait ressentir quotidiennement, préserver les arbres en ville est une des réponses les plus adaptées pour rendre nos quartiers encore respirables. Il n’est pas inutile de prendre du temps pour concerter, échanger et trouver une solution qui permette d’améliorer la sécurité et de préserver notre environnement.

Quant à l’idée de créer une commission de l’arbre, elle relève au mieux de la mauvaise foi, au pire de la provocation. Nous rappelons que cette commission existait jusqu’en 2014. Elle était fonctionnelle et composée d’élus, de techniciens, de représentants associatifs et d’experts. C’est l’équipe municipale de Daniel Garrigue qui a décidé de la supprimer. Alors pourquoi se poser une telle question alors que les arbres tombent les uns après les autres ?. L’urgence climatique n’en est plus au stade de la prise de conscience. Elle appelle des actions aussi concrètes que celles de la préservation du patrimoine végétal. Une commission n’est pas une caution à l’abattage programmé. Elle est une instance qui apporte des éléments de décision qui prennent en compte la nécessaire protection du végétal dans notre ville.

Quant au remplacement des arbres abattus, qu’il nous soit permis de douter de la viabilité de la démarche. Il suffit pour s’en convaincre de se souvenir des beaux magnolias face à l’espace Bellegarde. Disparus en février 2016, leurs frêles remplaçants n’ont pas survécu aux aléas du climat et à l’absence d’entretien.  

 

Fabien RUET, Conseiller municipal de Bergerac

Christian SAUBADU, ancien Président de la Commission de l’arbre et du Patrimoine Végétal de la Ville de Bergerac

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

Calendrier de campagne

Suivez nous !